Connexion / Inscription

Blog
Ces articles vont vous faire voyager!
Visite Historique : 10 sites existants et disparus du Paris de la colonisation

Visite Historique : 10 sites existants et disparus du Paris de la colonisation

Débutée sous la monarchie en 1534 avec les premières installations au Canada, la politique de colonisation française s’intensifia sous l’empire et la IIIème République, particulièrement en Afrique et en Indochine.

Malgré le poids que joua ce processus sur l’Histoire de France, les vestiges rappelant la colonisation sont assez peu nombreux à Paris.

 

 

1. Enseigne « Au Planteur »

12 rue des Petits-Carreaux (2ème)

 

Cette enseigne en céramique, datant de 1890, présente un homme africain servant du café à un homme de type européen, habillé en style colonial. Le magasin d’origine, aujourd’hui disparu, y vendait des cafés rapportés des colonies. Elle est inscrite au registre des monuments historiques de Paris depuis le 12 mai 1984.

 

2. Enseigne « Au nègre joyeux ».

12 Place de la Contrescarpe (5ème)

Voici une enseigne qui appartenait à une chocolaterie ouverte en 1748…et que vous ne pourrez pas voir. Après d’intenses débats sur son sujet au conseil municipal de Paris, elle est retirée en 2018, officiellement pour restauration (car souvent vandalisée). Mais depuis, l’enseigne n’a pas fait retour, et semble s’installer pour de bon au musée Carnavalet. Il semblerait cependant que la majorité des habitants du quartier souhaitent son retour. Affaire à suivre…

 

 

3. Le temple d’Angkor Wat de l’exposition coloniale de 1931

S’il y a bien un pavillon qu’il aurait fallu conserver de l’exposition coloniale du Bois de Vincennes, c’est bien la reproduction du célèbre temple cambodgien d’Angkor Wat. Le Cambodge était à l’époque partie intégrante de l’Indochine française.

 

4. Les « zoo humains » de 1889 et 1893 au Champ de Mars

Après l’impressionnante affluence du « village nègre » (28 millions de visiteurs et 400 être humains exhibées) du champ de mars au cours de l’exposition universelle de 1889, est organisée en 1893 une « exposition d’ethnographie coloniale » destinée à justifier la colonisation du Dahomey dans l’actuel Bénin. 150 Dahoméens seront ainsi exhibés sur le champ de Mars.

 

5. Le jardin Tropical de Paris et l’exposition de 1907

A l’état de semi abandon, le jardin est toujours aujourd’hui ponctué d’édifices de l’exposition coloniale de 1907 : Pavillon, de l’Indochine, du Maroc, de la Tunisie ; village indochinois (pont khmer, pont tonkinois, porte chinoise)…

Le pavillon du Congo (photo ci-dessus) a été détruit par un incendie criminel en 2004.

 

6. Monument à la mission Marchand

Avenue Daumesnil (12ème)

Erigée en 1934 à la gloire des expéditions de 1896-1898 de Jean-Baptiste Marchand au Sénégal, Soudan, Côté d’Ivoire, Congo etc…

On y distingue 6 militaires français au costume colonial et 6 tirailleurs sénégalais.

La statue de Jean-Baptiste Marchand fut elle détruite en 1983, après une « plastiquage » de militants anti-colonialistes.

 

7. Plaque du métro Charonne

L’affaire de la station de métro Charonne est sans aucun doute l’épisode le plus douloureux de la décolonisation ayant eu lieu en France métropolitaine.

Le 8 février 1962, une manifestation organisée par le PCF contre la guerre d’Algérie est violemment réprimée, et fait 9 victimes.

 

8. Les fresques et sculptures du Palais de la Porte Dorée

Avenue Daumesnil (8ème)

Musée des colonies de 1931 à 1935, et aujourd’hui musée de l’immigration, le Palais de la Porte dorée conserve sans aucun doute les sculptures et fresques murales coloniales les plus complètes de Paris.

 

9. Grande Mosquée de Paris

Plus ancienne Mosquée de France, son histoire est liée à celle de la colonisation. Sa construction est décidée au lendemain de la 1ère guerre mondiale, afin de rendre hommage aux dizaines de milliers de musulmans mort pour la France. Elle est inaugurée le 16 juillet 1926, en présence du président Gaston Doumergue et du sultan du Maroc Moulay Youssef.

 

10. Ancienne école coloniale

2 Avenue de l’Observatoire (5ème)

Bâtiment achevé en 1896. Ecole coloniale puis Ecole de la France d’outre-mer, elle devint l’Institut international d’administration en 1966 avant d’être rattachée à l’ENA en 2002. Au début des années 70, on a supprimé de nombreuses traces du passé colonial de l’école. Les fresques à la gloire des ex- colonies ont été effacées.

 

En plus de ces sites, rappelons les très nombreux monuments aux morts des soldats français, morts en Algérie ou en Indochine.

 

 

Pour d’autres visites à thèmes de Paris:

 

6 visites à thèmes de la capitale: Sites du Paris Disparu, Glauque, Peste Noire, Occupation, Politique, Coquin…

Articles similaires

Comments (1)

Laisser un commentaire